Hervé Bossert : 15 ans à la tête d’EMK

Herve Bossert - cuisines en kit EMK

Pour clore notre série sur les 15 ans d’EMK, nous donnons la parole à Hervé Bossert, directeur de l’entreprise.

Vous êtes à la tête d’EMK depuis 15 ans. Il s’est forcément passé beaucoup de choses en 15 ans. Que voulez-vous retenir ?

Ca a été une chance formidable que m’a donnée le groupe SALM de monter cette entreprise en partant de 0. Ces 15 ans sont aujourd’hui l’occasion de mesurer le chemin parcouru :

- dans un marché difficile, nous n’avons cessé de croître tout au long de ces années et nos clients nous ont sans cesse renouvelé leur confiance ;

- nous avons réussi à construire de réels partenariats avec nos clients, pour qui nous ne sommes pas que fournisseurs de « bouts de bois », mais bien plus…

- un déménagement début 2011 dans ce formidable endroit à Bergheim où nous avons réuni les équipes de la production et du commerce ;

- en 2013, plus d’un million de colis sont sortis de notre usine !

Et d’un point de vue plus personnel, que retenez-vous ?

- Les 15 ans d’EMK que nous venons de fêter avec plus de 240 personnes : une très belle fête familiale où nous avons pu retrouver des collaborateurs qui étaient déjà là en 1997, aux premiers pas d’EMK ;

- Prendre du plaisir tous les jours à se développer avec nos partenaires, que ce soient nos clients ou nos fournisseurs avec qui nous entretenons des excellentes relations : c’est primordial !

- Voir les collaborateurs EMK s’épanouir et évoluer. Chez EMK, nous avons un turn-over extrêmement faible, c’est plutôt bon signe, non ?

Cette année encore, EMK affiche une belle progression. Comment expliquez-vous de telles performances dans une contexte de marché qui reste tendu ?

Effectivement, nous affichons encore une progression en 2013 de plus de 8% dans un marché en récession. Ces performances s’expliquent :

- pour EMK, c’est quand le marché est difficile qu’il faut se rapprocher de ses clients et investir, car c’est à ces moments-là que se prennent les parts de marchés ;

- par le sérieux et la rigueur de l’entreprise. Nous affichons en 2013 un taux de respect de nos délais de livraison supérieur à 99% (entre date confirmée et date effective de livraison) ;

- par la proximité que nous avons avec nos clients ;

- par le fait que le marché se tend sur les prix, donc laisse une place plus importante pour un produit moins cher.

On sait que l’amélioration continue est dans les gènes de l’entreprise. Dans l’année qui s’annonce, sur quels point EMK va chercher à progresser ?

Après de lourds investissements en 2011 et 2012 dans la traçabilité des produits au sein de notre entreprise, nous avons, en 2013, beaucoup investi sur la satisfaction de nos clients et des consommateurs. Nous vendons des cuisines en kit, dont le principe est d’être posée par le consommateur lui-même, aussi nous avons développé un guide de pose illustré en couleur avec plus de 140 photos détaillant étape par étape la pose d’une cuisine.

Ce guide est disponible en magasin ou livrable avec nos cuisines. Grâce à des QR codes, le consommateur pourra sur n’importe quel support, PC, tablette, smartphone… visionner les étapes de pose pas à pas. Ce guide sera accompagné par un site internet de pose www.installersacuisine.com (mise en ligne mi janvier). Ce site a été pensé pour que chaque vendeur puisse expliquer depuis son poste de travail qu’installer sa cuisine c’est facile et surtout faire comprendre au consommateur que poser soi-même fait gagner de l’argent que l’on peut consacrer à accessoiriser sa cuisine ou à mieux l’équiper.

Pour 2014, nous avons de grands projets dans le développement de produits… Mais je n’en dirais pas plus ! À suivre, fin 2014…
Et à plus long terme, quels sont les grands défis auxquels EMK va s’atteler ?

Nous souhaitons rester très proches de nos clients, pouvoir encore mieux répondre à leurs demandes, et là, je ne parle pas que de produits, mais de services associés : la formation, l’évolution de notre organisation logistique, le développement de nouveaux marchés sur lesquels nous ne sommes pas encore présents et ce aussi bien en terme de produits qu’en terme de distribution, la traçabilité, le B to B to C, … Notre site à Bergheim a été dimensionné pour pouvoir doubler le volume d’activité par rapport à 2011. Voyez, nous avons du pain sur la planche !

EMK a 15 ans !

Toujours dans notre série consacrée aux 15 ans d’EMK, nous faisons cette semaine un retour en arrière jusqu’à l’année 1998 et la naissance d’EMK.

EMK en 1998 : naissance d’une entreprise dédiée au kit

EMK est née en 1998 pour permettre à la SALM de se positionner sur un marché alors en pleine croissance et encore inexploité par l’entreprise : la cuisine en kit. A l’époque, la SALM fabriquait uniquement des cuisines montées, alors qu’une cuisine sur deux vendue en France était une cuisine en kit.

Dès avril 1996, Hervé Bossert, alors responsable de marque chez Cuisinella, est chargé par la Direction Générale d’analyser le marché de la cuisine en kit en Europe. Le groupe, qui souhaite devenir le 1er fabricant français de cuisines avant l’an 2000, ne pouvait ignorer ce marché. Il décide alors de créer EMK, une nouvelle société dédiée au kit, qui répondrait à la fois en termes de production et de distribution à la demande spécifique du secteur.

La filiale EMK répondra donc à ce métier totalement nouveau qu’est le kit :

- pour mettre en place la conception industrielle d’un produit totalement différent de la cuisine montée ;

- pour répondre à des circuits de distribution totalement différents de ceux que connaissaient alors la SALM.

Une petite entreprise, de grandes ambitions

Dès sa création, EMK se positionne comme une entreprise innovante, en mesure de se positionner rapidement sur le marché existant. Pour se différencier :

- EMK lance une gamme de 57 modules, au lieu d’une moyenne de 14 sur le marché à l’époque ;

- EMK lance des caissons de couleur intérieur/extérieur ainsi que la possibilité d’avoir des côtés de couleurs ;

- EMK se positionne sur les délais : toute commande qui arrive chez EMK le vendredi avant midi doit être livrée chez le client le vendredi qui suit avant 17h. Une vraie révolution à l’époque où la concurrence a une approche principalement tarifaire ;

- La différenciation ne se limite pas qu’aux produits mais s’étend également aux services apportés aux clients : formation des vendeurs, accompagnement à la réalisation d’implantations en magasin, création de logiciels de conception, réalisation de catalogues…

Vario, l'une des premières cuisines EMK, créée en 1998.

Vario, l'une des premières cuisines EMK, créée en 1998.

1998-2015 : petits points de comparaison

1998 : 5 salariés – 2013 : 100 salariés

1998 : stockage externalisé chez un prestataire strasbourgeois – 2013 : une plate-forme de 15 000 m2 à Bergheim (68)

1998 : 15 couleurs de façades, 10 couleurs de plans de travail – 2013 : 25 couleurs de façades, 40 couleurs de plans de travail

L’histoire du meuble en kit

Ce mois-ci le blog entame une belle série d’articles pour fêter un événement : EMK vient de souffler 15 bougies. Pour commencer cette série, nous avons voulu revenir sur la naissance même du concept du meuble en kit. Qui le premier a eu l’idée de créer des meubles en kit montés par le client ?
La simplicité du kit chez EMK

La simplicité du kit chez EMK

La naissance du meuble en kit

On attribue souvent la création du principe du meuble en kit à Ingvar Kamprad, le fondateur d’Ikea. Mais en réalité, le principe de mobilier démontable est bien antérieur. Et si le premier meuble en kit était alsacien (comme EMK) ? Et si le premier meuble en kit n’était autre que la chaise alsacienne ?

Chaises alsaciennes

Chaises alsaciennes

Fabriquée artisanalement dès le 17ème siècle, cette chaise est faite de différentes pièces qui sont ensuite assemblées à l’aide de tenons, de mortaises et de chevilles. L’ébéniste fabriquait à l’identique les pieds, l’assise et les éléments d’assemblage et fabriquait des formes de dossiers différentes en fonction des demandes.

L’industrialisation du meuble en kit nait réellement en 1830. L’Autrichien Thonet invente une chaise fabriquée en série industrielle, en parties détachées à assembler et détachables. Il met en place des méthodes de production à bas coûts et invente même le principe du conditionnement optimisé avec des lots de 36 chaises expédiées à ses clients dans une caisse de 1 mètre cube. Le tout premier kit !

La célèbre chaise créée par Michaël Thonet, optimisée pour la livraison.

La célèbre chaise créée par Michaël Thonet, optimisée pour la livraison.

Mais c’est bien en 1956 que le kit va connaître son essor. Pour l’anecdote, on raconte qu’Ingvar Kamprad devait livrer à un client une table qui ne rentrait pas dans son coffre de voiture. Il décide donc de dévisser ses pieds pour l’emballer à plat et la transporter plus facilement.
Lovet, la première table en kit du géant suédois

Lovet, la première table en kit du géant suédois

L’essor du meuble en kit

L’industrialisation du mobilier en kit s’est développée au début des années 1970 grâce à deux facteurs essentiels :

- le développement du panneau de particules,

- les besoins en équipement de la maison liés aux effets du baby-boom.

En parallèle, quelques industriels et distributeurs vont réfléchir à la conception du produit livré à plat pour apporter une réponse à leur préoccupation majeure : le transport.

En France, il faudra attendre l’ouverture du premier magasin Habitat en 1975 et Fly en 1978. Certaines enseignes en ont même fait leur spécialité : « La Maison du kit » en 1978, « Home Kit » en 1980… Dès 1981, l’Unifa et le responsable du salon du meuble organisent le Salon Inter Kit au Bourget. Ce salon est international et rencontre un succès auprès des centrales des différentes chaînes spécialisées dans le kit ainsi que des grandes surfaces de bricolage et des grandes surfaces alimentaires. Ce salon professionnel, qui avait acquis sa crédibilité et sa notoriété, n’a connu que quelques éditions en tant que tel avant d’être fondu dans le Salon du Meuble de Paris.

Au début des années 1980, les distributeurs de meubles estimaient que le concept « jeune habitat » serait limité en France et que ces enseignes ne dépasseraient jamais 5 % de parts de marché… A la fin des années 80 la cuisine en kit à déjà atteint 17 % du marché en valeur, et atteindra 30 % en 1998, à la veille de la création d’EMK.

Grand Angle : RSE

La RSE, Responsabilité Sociale des Entreprises, est un concept global dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales et économiques. Elle couvre, par exemple, la qualité globale des filières d’approvisionnement, de la sous-traitance, le bien-être des salariés, leur santé, l’empreinte écologique de l’entreprise… Depuis plusieurs années, EMK applique ce concept au sein de l’entreprise.

La RSE qu’est ce que c’est ?

Concrètement, la RSE consiste à appliquer aux entreprises la notion de développement durable. Mais doit-on le rappeler, la notion de développement durable ne se limite pas aux préoccupations environnementales. La RSE intègre également la responsabilité économique et la responsabilité sociétale de l’entreprise.

La RSE chez EMK : un concept global pour des actions locales

Si la plupart des PME et TPE se sentent concernées par ces questions, le groupe SALM et son entité EMK sont passés depuis longtemps des intentions aux actes. Ce sont même des engagements forts qui ont été pris depuis plus de 10 ans.

En effet, le Groupe SALM a été le 1er fabricant européen à obtenir la triple certification Qualité, Sécurité

- ISO 14001 sur le management environnemental (principe d’amélioration continue de la performance environnementale par la maîtrise des impacts liés à l’activité de l’entreprise)

- ISO 9001 sur le management de la qualité (principe d’amélioration continue pour mettre en phase les produits et les services de l’entreprise avec les demandes clients)

- OHSAS 18001 sur le management de la santé et de la sécurité au travail (pour une meilleure gestion des risques et la réduction du nombre d’accidents).

Le groupe détient également la certification NF Environnement Ameublement pour certaines gammes de meubles.

Des actions environnementales

Bien sûr la préservation de l’environnement est une des préoccupations quotidiennes chez EMK avec :

- une réduction conséquente de la production de déchets qui a été divisée par 2 sur les 6 dernières années.

Comment est-ce possible ? Un exemple : les mandrins en carton partaient à la benne. Depuis 2 ans, ils repartent chez le fournisseur qui les réemploie.

- une augmentation de la part de valorisation matière des déchets (recyclage)
- la mise en œuvre d’une politique zéro enfouissements.

Des actions sociétales

Le groupe SALM et EMK agissent au quotidien pour le bien être de ses salariés et l’amélioration des conditions de travail. Parmi les actions, on peut citer :

- un taux d’accidents du travail faible
- des formations et des sensibilisations en interne (pour réduire le mal de dos, pour arrêter de fumer…)
- une promotion interne et des formations continues favorisées
- une collaboration sur le long terme avec un ESAT (Établissement et Service d’aide par le Travail)

Des actions économiques

Toutes les actions sociétales et environnementales permettent à EMK d’être plus performante économiquement :

- proposer des produits plus « green » et reconnus comme tels à des consommateurs de plus en plus attentifs à l’impact des produits sur l’environnement et sur leur santé.
- réduire le coût des déchets engendre des économies de production
- l’image et la réputation d’EMK permettent de recruter plus facilement et de conserver ses salariés et notamment les meilleurs éléments.

Une stratégie ambitieuse et réaliste

Car c’est bien une grande ambition que d’être exemplaire dans le domaine RSE. Comme pour l’amélioration continue des produits et du service clients, EMK travaille à l’amélioration continue de ses performances RSE.

Yann Favry est responsable HSE – Hygiène Sécurité Environnement. Il est donc directement impliqué dans la mise en œuvre et le suivi des actions RSE. Il précise : « nous utilisons les meilleures techniques disponibles pour faire ce qui se fait de mieux et pas uniquement ce qu’il faut faire ».

Yann Favry, responsable HSE – Hygiène Sécurité Environnement

Il intègre le groupe SALM en 2001, après un diplôme d’ingénieur obtenu en Allemagne.

Depuis 12 ans, il structure la démarche RSE et la professionnalise. Il manage aujourd’hui une équipe de 6 personnes et de 3 apprentis pour faire du groupe SALM une des entreprises les plus performantes dans ce domaine.

Il forme également à l’externe les futurs ambassadeurs de la RSE puisqu’il intervient à l’ Université de Haute Alsace et à l’Ecole de Management de Strasbourg.

La satisfaction clients en actes

Chez EMK, la « parole du client » est une source de progrès, de valeur. Évoluant dans un environnement de plus en plus exigeant, la qualité des produits et des services est une priorité. Inscrite dans une démarche d’amélioration continue, l’entreprise mise sur une valeur fondamentale : la réactivité.

Comment identifier les points d’amélioration ?

Quels sont les outils qu’EMK met en place pour veiller à la satisfaction de ses clients ?

Qui sont les hommes derrière cette démarche ?

La prise en compte de la « parole du client » comme priorité

Raison d’être d’EMK et priorité absolue, la satisfaction du client est un domaine dans lequel EMK travaille à s’améliorer quotidiennement. Et si les distributeurs sont les clients directs de l’entreprise, EMK tient également en haute considération le consommateur final.

Rolande Eich, technicienne qualité chez EMK

Ainsi, EMK veille constamment à :

-    La qualité de l’offre de produits et de services qui est la base de la satisfaction de ses clients mais aussi de la valeur ajoutée de l’entreprise.

-    La qualité de la relation avec ses clients via l’administration des ventes (ADV), qu’il s’agisse de donner un conseil, de suivre les commandes en cours, d’apporter des réponses aux questions des magasins ou de traiter des SAV.

Ainsi, si la qualité ne devait pas être optimale à la livraison d’un produit, l’ADV s’en ferait immédiatement l’écho et transmettrait l’information aux équipes en charge du suivi. Le service Qualité, entre autre, procédera ainsi à l’analyse des causes et se basera sur des éléments factuels pour améliorer le service.

Pour Rolande Eich, Technicienne Qualité, « le client est une source d’information, le meilleur indicateur de nos points d’amélioration. » Ce n’est cependant pas le seul, il est complété par d’autres outils sous contrôles permanents.

L’analyse des statistiques, clé du contrôle constant de la qualité

La satisfaction client est un mot d’ordre chez EMK, qui suit en permanence les statistiques de retours marchandises, de non conformités…

En recherche constante d’améliorations, des contrôles spontanés sont organisés en production par la cellule Qualité pour mesurer à un instant T, la qualité des produits, des nomenclatures et des services. « Ces statistiques sont une réelle chance de pouvoir agir concrètement sur un process industriel complexe » indique Rolande Eich.

Des actions de ce type sont menées constamment avec pour objectif 100% de satisfaction clientèle.

Des hommes engagés au quotidien…

… et des femmes, dont une, Rolande Eich, attentive à la Qualité chez EMK depuis plusieurs années cialis buy déjà ! C’est elle qui met en place les processus de vérification et d’amélioration permanente.

De plus, EMK développe en interne tous les leviers d’améliorations possibles :

- contrôles qualité hebdomadaires. Ces contrôles sont réalisés de manière aléatoire sur les différentes chaînes de production.

- application de la Méthode de Résolution de Problème en Groupe (MRPG).

- prise en compte des remarques et des idées d’amélioration des collaborateurs.

EMK s’engage en toute clarté à l’amélioration constante de la qualité de ses produits et ses services. Cette « orientation client » est une réelle stratégie collective, un défi relevé au quotidien !

Interview du Chef des ventes national EMK

Chef des ventes cuisines en kit EMKRachid Achouri est responsable du développement du marché de la grande distribution en France et dans les DOM TOM.

 

Avec son équipe sur le terrain, composée de 5 responsables de secteurs, il veille à ce que tous les ingrédients soient

réunis pour assurer à la fois la satisfaction des clients et le succès commercial d’EMK.

Dans quel contexte de marché êtes-vous confronté aujourd’hui ?

Après des années de croissance et de développement très important, le marché s’est clairement durci depuis 2011. Le marché de la cuisine en kit n’est pas en cause, la fréquentation des magasins et la baisse de la consommation générale impactent directement toute l’activité.

Dans ce contexte, il s’agit plus que jamais de rester pertinents dans nos propositions aux clients, et de faire preuve de grandes facultés d’adaptation et de réactivité.

Comment faites-vous chez EMK ?

Il faut réunir beaucoup d’ingrédients. La recette d’EMK c’est de se placer comme un réel partenaire, offrant les meilleurs produits et services possibles, sur le court comme sur le moyen et le long terme.

 

Logiciel dessin cuisine 3D distributeurs

EMK met à la disposition de ses partenaires des logiciels de conception cuisine à l'efficacité reconnue.

Pour développer nos partenariats, nous proposons toute une gamme de services « en plus » qui font la différence :
- formation sur site,
- logiciel de dessin,
- aide aux services de communication : fourniture de catalogues, mise à disposition d’un studio photo, etc,
- traçabilité complète des commandes grâce à l’extranet,
- actions commerciales ciblées et personnalisées…

 

« La proximité avec le terrain est l’une de nos forces
et est à la source de nos actions. »

Cela est-il réellement différenciant ?

Oui, ces services sont une vraie force d’EMK. Il s’agit d’un positionnement réellement différenciateur dans le secteur de la cuisine en kit et directement lié à la proximité terrain que nous entretenons.

Par exemple, la transparence qu’offre l’extranet à nos partenaires est un réel atout en terme de traçabilité. Le vendeur a lui-même accès au suivi de ses commandes en cours, peut demander des renseignements et le risque d’erreur est ainsi largement réduit.

 

De plus, le positionnement d’EMK dans le secteur de la cuisine en kit est bien particulier et lié à la culture du Groupe SALM :

 

« Nous sommes plus que de simples fabricants de meubles
et avons une réelle culture cuisine. »

 

Nous concevons à la fois des produits, des cuisines modulables et équipées de A à Z, mais réfléchissons et proposons les services adéquats en tenant compte des spécificités de nos clients.

Quelles sont les tendances de la cuisine en kit ?

Les façades mélaminées haute brillance sont très en vogue. Normal, puisqu’il s’agit de produits à très bon rapport qualité/prix. Les décors bois et les modèles dits « romantiques » sont également très tendance, et permettent de proposer différents styles.

Un adjectif pour qualifier la cuisine de demain ?

Démocratique !

EMK repense ses emballages produits

La qualité de l’emballage des produits est une priorité pour EMK. Inscrite dans une démarche d’amélioration continue, l’entreprise mise sur un emballage le plus résistant et le plus efficace possible, pour que tous les produits EMK soient toujours déballés avec le sourire !

Mais comment procède EMK pour veiller à cette amélioration continue de ses emballages ?

Lire la suite »