Portrait : Philippe Marsac, responsable de secteur

Philippe Marsac, responsable de secteur

Philippe Marsac, responsable de secteur

Quel a été votre parcours professionnel avant de rejoindre EMK ?

Après un BTS en Biochimie, j’ai été vendeur de cuisine dans une grande enseigne spécialisée. J’ai ensuite occupé différents postes au sein de différentes enseignes : chef de secteur, directeur de magasin, puis chef des ventes avant de rejoindre il y a 4 ans EMK comme responsable de secteur grand ouest.

Quelle est votre rôle au sein d’EMK ?

Je fais la promotion de nos produits chez tous nos clients sur un secteur géographique allant du Limousin à la Bretagne, soit 20 départements. Mon rôle, c’est de développer les ventes des produits EMK auprès des enseignes de la grande distribution en formant les vendeurs en magasin sur nos produits pour qu’ils les recommandent et mettent en avant le kit. Je leur présente également toutes les nouveautés et les informe des évolutions de gammes.

La partie formation est très importante : les vendeurs doivent bien connaître nos produits et se sentir à l’aise pour bien les vendre. Je dois donc leur donner les bons arguments de vente et leur faire prendre conscience de tous les avantages du kit sur le monté : la question du prix bien sûr mais aussi la qualité des produits qui a énormément évolué, le montage qui est aujourd’hui aisé et sur lequel les clients sont guidés grâce à notre nouveau site www.installersacuisine.com, la disponibilité de nos produits en stock…

Comme j’ai moi-même été vendeur, je sais à quel point les vendeurs ont besoin d’être accompagnés, de savoir qu’ils peuvent compter sur moi s’ils ont une question sur un produit. Je représente EMK et je suis là pour eux, toujours disponible.

Votre journée-type ?

J’enchaîne les kilomètres et les rendez-vous ! 3 ou 4 magasins visités en moyenne par jour. Évidemment, je ne vais pas dans la même journée à Limoges puis à Rennes. Je m’organise pour avoir des journées cohérentes et efficaces. Lors des lancements des nouveautés ou des campagnes promotionnelles, les journées sont plus denses : je visite en amont tous les magasins qui nous distribuent pour les accompagner dans les changements des implantations magasins et informer et former les vendeurs.

Quelles sont les qualités essentielles de votre poste ?

On pense bien sûr aux qualités relationnelles et commerciales, mais être responsable de secteur, c’est d’abord être très organisé. Il faut aussi être réactif et à l’écoute des magasins. Nous, les responsables de secteur, nous sommes le lien entre nos clients et le siège, nous devons donc aussi faire remonter l’information émanant du terrain et faire de la veille concurrentielle.

Qu’est ce qui vous plait le plus dans votre job ?

J’aime cette entreprise à dimension humaine dans laquelle les rapports professionnels, quel que soit le niveau hiérarchique, sont très faciles. J’ai beaucoup d’autonomie dans mon travail, notamment au niveau de mon organisation. Ce qui fait que les conditions sont vraiment agréables.

Portrait : David Girardot, acheteur

David Girardot, acheteur

David Girardot, acheteur

Quel a été votre parcours professionnel avant de rejoindre EMK ?

Un diplôme d’ingénieur en mécanique et plasturgie complété par un master en management et administration des entreprises en poche, j’ai intégré un poste d’acheteur technique dans un groupe familial alsacien spécialisé dans la construction de véhicules industriels. Après 5 ans à ce poste, j’ai eu envie de changement et j’ai intégré un autre groupe familial : la SALM.

Quelle est votre fonction au sein d’EMK ?

Je suis acheteur matière première pour la filiale EMK. Je partage mon temps entre le siège où nous définissons la politique et les stratégies achats (sécurisation fournisseur, réduction des coûts, sourcing fournisseur, …) et la mise en œuvre opérationnelle de celles-ci au quotidien chez EMK et lors des développements produits dans les campagnes de nouveauté.

Votre journée-type ?

Elle commence par un café et se termine par une aspirine ! A l’image des différents composants dans une cuisine, les thèmes abordés au cours d’une journée sont très diversifiés ! Il faut aussi naviguer entre les rendez-vous fournisseurs, les réunions internes, la gestion des problèmes de qualité, les retards de livraison… Les journées sont intenses intellectuellement !

Quelles sont les qualités essentielles de votre poste ?

L’acheteur EMK doit être polyvalent, organisé, faire preuve d’une grande réactivité et avoir une bonne capacité d’anticipation. Il faut aussi avoir un bon relationnel, car c’est avant tout un métier en interface avec l’interne et l’externe ! Pour avoir ce que l’on veut et dans/avec les meilleures conditions, la pratique de la négociation est aussi une qualité primordiale !

Qu’est ce qui vous plait le plus dans votre job ?

La diversité du poste. J’ai besoin que ça bouge et bien je suis servi ! Mon poste demande de la polyvalence et ça me plaît. J’apprécie aussi beaucoup notre environnement de travail, le fonctionnement en mode projet chez EMK qui nous permet de répondre avec une grande réactivité à toutes les demandes de nos clients.

Interview du Directeur d’EMK, Hervé Bossert

Lorsque l’on rencontre le directeur d’une entreprise comme EMK, on s’interroge souvent sur son parcours. Quel est le vôtre ?

Herve Bossert - cuisines en kit EMK

J’ai rejoint le groupe SALM en 1991, juste après mes études et quelques stages. En charge de l’aventure Cuisinella notamment.
Après plusieurs années comme Responsable de la marque Cuisinella, j’ai eu l’opportunité de créer et diriger EMK.

(Retrouvez le parcours complet d’Hervé Bossert sur son profil Viadéo).

Quels sont, selon vous, les défis du secteur ?

Tout d’abord, notre proximité avec l’Allemagne nous pousse à nous interroger sur le taux d’équipement des cuisines en France (58% en 2009) qui est beaucoup plus faible que chez nos voisins. Donc le premier défi, c’est la démocratisation de l’équipement, en cuisine notamment.

Une autre caractéristique du marché de la cuisine aujourd’hui, c’est le « sur-mesure ». Cette volonté toujours plus prégnante d’aller contre la standardisation et vers la personnalisation. C’est un deuxième défi que nous relevons aujourd’hui grâce à des modules de personnalisation qui nous permettent de constituer une cuisine exactement telle qu’on l’imagine !

Enfin, je dirais qu’aujourd’hui, la qualité et le prix, c’est le b.a.-ba ! Les fournisseurs doivent pouvoir fournir plus que ça. C’est la raison pour laquelle nous misons prioritairement sur les services.

A notre sens, c’est là que tout se joue. Aller toujours plus loin dans l’accompagnement, la traçabilité et la satisfaction de nos clients.

Comment EMK se positionne face à ces défis ?

Aujourd’hui, EMK propose à ses clients professionnels, une offre globale (meubles, électroménager, négoce, accessoires) via un seul interlocuteur. Et même si nous traitons avec des acheteurs professionnels uniquement, le retour du client final est fondamental pour nous. C’est pourquoi nous mettons en place des études qualitatives sur la satisfaction de ces consommateurs.

De plus, nous accompagnons au maximum les vendeurs en magasin, veillons à réduire constamment les délais et à maintenir une hot-line ultra-réactive.

EMK cuisine en kit professionnel

« En un mot, nous nous positionnons comme un véritable partenaire.
Fiable, ambitieux et réactif. »

 

Nous avons également beaucoup hérité de la culture du groupe SALM, qui est un acteur avec de vraies valeurs «métier» : le sens du service, la formation, la rigueur, le développement durable et l’investissement. Nous n’investissons jamais autant que dans les périodes difficiles.

A quoi ressemble la cuisine de demain ?

C’est une cuisine écologiquement économe, fonctionnelle, conviviale… Elle est telle que vous l’imaginez, elle s’adapte à vos envies…
Et c’est une cuisine fabriquée par EMK, sans aucun doute ! (Rires)

Interview d’Hervé Bossert, Directeur d’EMK – juin 2012